Raconte moi un métier avec Valérie Ceulmans

1/ Pourriez vous nous raconter ce qui vous a fait devenir céramiste?
Petite, j’adorais façonner des pots avec l’argile que mon père extrayait du jardin.
Il a fallu quelques années supplémentaires, un changement d’orientation et la reprise d’un cursus à l’académie pour me rendre compte que j’étais complètement subjuguée par cette matière. C’est un métier dur mais passionnant et addictif. Il y a quelque chose de magique quand on prend un pâton de terre et que par le geste, le jeu des mains, on en ressort un objet.
Il y a trois ans, j’ai décidé d’en faire mon métier à temps plein tout en continuant ma formation qui est celle de toute une vie !

2/ Pourriez-vous nous parler de l’origine de votre métier et depuis quelle époque existe t-il ? Et aujourd’hui ?
Je ne suis pas historienne de l’Art mais mais les manuels précisent que le mot « céramiste » est apparu durant le 19e siècle, au moment où l’homme a commencé a étudier de manière scientifique tout ce qui avait trait au façonnage de l’argile et la porcelaine avec les métiers de l’archéologie et notamment la céramologie. La céramique a été le premier Art du feu, avant la métallurgie et le verre sur la Terre. Aujourd’hui, le terme céramiste englobe de manière générale, tous les artisans qui fabriquent et décorent des objets en argile et en porcelaine. Le nombre de métiers qui en découle est impressionnant.!

3/ Quelles sont les qualités requises pour ce métier ? Et quelles compétences spécifiques se développent avec l’expérience ?
La patience et la persévérance sont les deux qualités premières pour débuter l’apprentissage de ce métier.
Une certaine maîtrise de la matière à travers les formes et les volumes. La maîtrise des émaux, leur comportement dans les différents types de cuisson (oxydantes et réductrices). Le reproductibilité ; bien que pour ma part, chaque pièce doit être unique. La maîtrise des cuissons (surtout au gaz et au bois). Et bien d’autres choses qui se développent en répétant inlassablement et passionnément les gestes qui nous caractérisent. Il reste cependant une part aléatoire, qui fait que ce métier est toujours plein de surprises (bonnes ou mauvaises) et qui remet, de temps en temps, en question la technique utilisée. Cela est bénéfique pour continuer à progresser et ne pas s’ennuyer !

4/ Quelles sont les qualités requises pour ce métier ?
La patience et la persévérance sont les deux qualités premières pour débuter l’apprentissage de ce métier.

5/ Quelle est la différence entre un artisan, un artiste et un designer ?
L’artisan est porteur, par sa formation, d’un savoir-faire ancestral, qu’il perpétue et communique. Grâce à ses compétences , il assure la conception, la production, la vente et la réparation de ses produits hors contexte industriel.
L’artiste est quelqu’un qui s’exprime avec un médium pour produire une oeuvre, cultivant l’Art, faisant appel aussi à la technique et surtout à l’originalité et à la créativité. Le designer conçoit des objets alliant esthétique et fonctionnalité pour une production en série, parfois laissée à l’industrie. Pour ma part, j’aime beaucoup, en tant qu’artisan, coiffer toutes les casquettes. En fonction des objectifs que je me fixe. Me cloisonner dans l’un ou l’autre rôle serait me faire mourir à petit feu.

6/ Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui souhaitent entreprendre ce métier ?
Si vous êtes passionnés et curieux, l’apprentissage n’en sera que plus aisé quoique difficile et long. Les deux qualités citées ci-dessus : patience et persévérance, sont indispensables car l’attente est longue et le résultat parfois médiocre avant de pouvoir sortir un objet abouti. Ecouter les anciens, leur expérience, leur savoir-faire est important et quand le moment sera venu, pouvoir inover vous permettra d’évoluer dans cette profession.

7/ Un souvenir inoubliable que seul votre métier a pu vous offrir ?
Ce qui reste le plus marquant dans ce métier c’est le défournement après la cuisson définitive des pièces. Cette surprise et cette magie qui en découlent après le travail du feu fait vibrer mais amène aussi une part d’humilité…

 

Partagez l'article
facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailfacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail